Inconnu à cette adresse : Detroit (Impressions Games)

Régulièrement, je vous proposerai sur ce blog des présentations d’œuvres culturelles méconnues.

Pour se faire, je piocherai dans mes listes « Les sans-moyenne » sur SensCritique. Je commence par un random pick dans ma liste dédiée aux jeux vidéo.

Et l’heureux élu est Detroit, jeu de gestion de construction automobile de 1908 à nos jours. Il est plus précisément qualifié de jeu de simulation économique sur Wikipédia. On disait un « tycoon » à mon époque (un jeu centré sur une industrie particulière).

Le jeu a été développé et édité par les prolifiques américains d’Impression Games, créateurs notamment des séries Caesar et Lords of the Realm. Il est sorti en 1994 sous DOS (et sur Amiga dans une version quasi identique).

Un écran de Game Over en forme de lundi normal à La Defense

J’ai acheté le jeu dans un bac de jeux budgets en solde (3 pour le prix d’1) au Carrefour de Calais circa 1998. Les deux autres jeux que j’avais choisi étant Jeff Wayne’s The War of the Worlds  – qui n’a jamais marché sur mon PC à mon grand dam et que je retenterai bien un jour – et un jeu de construction de flipper dont le nom m’échappe mais qui n’était pas foufou dans mon souvenir. Du coup, c’est sur Detroit que j’ai passé le plus de temps, tu parles d’une aventure…

La ville de Detroit est le centre névralgique de la production automobile américaine (le jeu s’appelle d’ailleurs Ruesselsheim en Allemagne pour les mêmes raisons – petit regret que la version française n’ait pas été rebaptisée du nom de ma chère et tendre Vélizy-Villacoublay !). Vous incarnez un PDG devant faire évoluer ses produits au fil des ans. C’est d’ailleurs l’originalité du jeu, vous ne disposez que de quelques technologies et de quelques designs pour la première voiture que vous concevrez et vous devrez ensuite débloquer par vous-même tout un set de technologies et de design pour faire évoluer vos modèles.

1908 vs. 1935 (mais alors un 1935 où on aurait pris de l’avance sur les année 50)

La navigation dans le jeu se fait via des vues représentant votre compagnie.

Le jeu se découpe en gros en deux phases : la conception et la gestion d’entreprise (optimisation des coûts, ouverture de concessionnaires à l’étranger, négociations salariales, grèves…). Inutile de dire que la première est la plus fun car la plus créative, la seconde étant classique par rapport aux autres jeux de ce type (Theme Park, Airlines Manager, etc.).

L’outil de conception est particulièrement impressionnant, notamment visuellement, : agencement des trois parties du véhicule (un coffre ou une benne à l’arrière ? pas de problème !), couleurs (mais couleurs de designer hein ! genre « cobalt »), choix du moteur, etc.

Ensuite, vous aurez l’opportunité de tester votre véhicule dans des simulations sur circuit, vraiment fun !

Au début du jeu, vos véhicules seront des cercueils roulants

Cette partie du jeu n’occupe malheureusement qu’un tiers du gameplay. Le reste du temps, vous regarderez des graphiques et des bilans comptables. Remarquez, ça correspond à la vie d’un chef d’entreprise.

Dans mon souvenir, il n’était pas facile d’aller loin dans le jeu (pourtant je me débrouillais dans ce genre de jeux du haut de mes 10 ans). Je crois que c’était à cause des crashs (du jeu, pas des voitures).

J’ai aussi un vague souvenir d’avoir trouver un glitch en cliquant entre deux boutons sur l’interface de conception qui permettait d’accéder à toutes les améliorations dès le début (mais mon esprit est étrange et invente parfois des choses alors je ne suis plus très sûr).

Voilà, c’est Detroit, c’est bien (parce que cool et amusant) et en même pas très bien (parce que répétitif et bugué). CGW a mis 2/5 à l’époque et PC Gamer 86 %. Coupons la poire en deux ?