Gemini Man comme émancipation du désir

Si on regarde distraitement la promotion de Gemini Man, que voit-on ? Un gimmick (Will Smith rajeunit numériquement) ou un énième blockbuster d’action enfermé dans une recette censée plaire au marché chinois ? On se demande du coup ce qu’Ang Lee est allé faire dans cette galère…

Puis on comprend, sur la forme, que ce film est un prétexte pour lui permettre de continuer à explorer le relief HFR comme dans son précédent film Un jour dans la vie de Billy Lynn. Mais n’y a-t-il que la forme qui l’a intéressé dans ce projet ? Ang Lee l’a prouvé avec Hulk, il n’est pas homme à honorer des commandes sans essayer insuffler ses propres thèmes et sa vision.

Image associée

En découvrant le film, certaines scènes ne manquent pas interroger voire de mettre mal à l’aise. Certaines critiques ont mis ça sur le compte de la nanardise mais s’il y avait méprise : et si Gemini Man était plutôt un opus dans la lignée de Garçon d’honneur ou du Secret de Brokeback Moutain, une interrogation sur le désir ?

Continuer la lecture de « Gemini Man comme émancipation du désir »

Predator 4(DX)

Bravant les critiques assassines, je suis allé voir le nouveau Predator… Et tant qu’à faire, je me suis dit que c’était une bonne occasion de le voir en 4DX pour (enfin) tester l’expérience (et en VF et en relief histoire de perdre tous les esthètes dès le premier paragraphe de cet article).

Il m’a semblé que le sujet du film était adapté au dispositif et honnêtement, je préférais ça à un Fast & Furious de 3 heures avec l’odeur d’essence en permanence. C’eut été trop extrême pour moi. Et si l’aspect « attraction » me distrayait du fond du film, au moins, je n’y perdrais pas grand chose.

Continuer la lecture de « Predator 4(DX) »

Le film renié d’Ingmar Bergman

Hier soir, pour changer, je suis allé à la Cinémathèque.

J’ai une méthode assez simple pour choisir les films que je vais voir dans ce refuge cosy : je suis à la recherche de curiosités, de films difficiles à visionner autrement. Alors, dans le cadre des rétrospectives, en général, je vais sur la page IMDb de la personne concernée, je regarde ses œuvres classées par nombre de votes et je tape dans le bas du tableau.

C’est ainsi que j’ai innocemment mis les pieds dans Cela ne se produirait pas ici d’Ingmar Bergman.

Je ne savais rien du film si ce n’est qu’il s’agissait d’un film d’espionnage dont l’allure avait l’air plus  « commerciale » que les réalisations habituelles du maître suédois.

La séance est précédée d’une présentation et on nous annonce que nous allons voir un film rare dont la diffusion n’a été autorisée par l’Institut du film suédois et la famille Bergman qu’à la condition que celle-ci soit dûment contextualisée. Le film n’a d’ailleurs été restauré qu’en 2017 et ce n’est que la troisième fois dans le monde que cette version est projetée.

Car voilà : Bergman déteste ce film !

La promesse d’une expérience de cinéma inhabituelle méritant d’être partagée…

Continuer la lecture de « Le film renié d’Ingmar Bergman »

Starship Troopers, garde à vous !

La Cinémathèque est un endroit formidable pour découvrir ou revoir des classiques. Je n’ai pas pour habitude de revoir beaucoup les films mais il y a des exceptions : Starship Troopers en fait partie. À l’occasion de la rediffusion de ce film de science-fiction culte, je me suis dit qu’il serait de bon ton d’enfin lire le roman de Robert Heinlein dont le film est adapté, titré Étoiles, garde à vous ! dans la langue de Molière. Ce qui tombait bien puisque je l’avais dans ma bibliothèque depuis au moins 10 ans.

Si le film Starship Troopers n’a pas pris une ride, il est difficile d’en dire de même pour le roman dont il est tiré.

Continuer la lecture de « Starship Troopers, garde à vous ! »

Palmomètre 2008

Chaque année, je regarde les films de la Sélection officielle cannoise de l’an passé. J’essaie aussi de regarder une sélection d’une année plus ancienne. Ça fait tout de même plus de 10 ans de festival cumulés et je me suis dit qu’il serait intéressant de vous partager mes classements et, qui sait, vous faire bookmarker quelques pépites oubliées !

La sélection officielle de Cannes 2008 est assez homogène avec quelques curiosités à découvrir ! Comme en 2007, je suis assez en phase avec le palmarès de cette année.

Palmarès officiel

  • Palme d’or : Entre les murs de Laurent Cantet
  • Grand Prix : Gomorra de Matteo Garrone
  • Prix du jury : Il divo de Paolo Sorrentino
  • Prix spécial du 61ème festival : Catherine Deneuve et Clint Eastwood
  • Prix de la mise en scène :  Nuri Bilge Ceylan pour Les Trois Singes
  • Prix du scénario : Jean-Pierre et Luc Dardenne pour Le Silence de Lorna
  • Interprétation féminine : Sandra Corveloni pour Une famille brésilienne
  • Interprétation masculine : Benicio del Toro pour Che

Jury : Sean Penn (président), Jeanne Balibar, Rachid Bouchareb, Sergio Castellitto, Alfonso Cuarón, Alexandra Maria Lara, Natalie Portman, Marjane Satrapi, Apichatpong Weerasethakul

Continuer la lecture de « Palmomètre 2008 »

Palmomètre 2007

Chaque année, je regarde les films de la Sélection officielle cannoise de l’an passé. J’essaie aussi de regarder une sélection d’une année plus ancienne. Ça fait tout de même plus de 10 ans de festival cumulés et je me suis dit qu’il serait intéressant de vous partager mes classements et, qui sait, vous faire bookmarker quelques pépites oubliées !

L’édition 2007 est l’une de mes éditions préférées, are you ready ? (spoiler : pour une fois je suis assez en phase avec le palmarès)

Palmarès officiel

  • Palme d’or : 4 mois, 3 semaines, 2 jours de Cristian Mungiu
  • Grand Prix : La Forêt de Mogari de Naomi Kawase
  • Prix du jury : Persepolis de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud et Lumière silencieuse de Carlos Reygadas
  • Prix spécial du 60ème festival : Gus van Sant pour Paranoid Park
  • Prix de la mise en scène : Julian Schnabel pour Le Scaphandre et le Papillon
  • Prix du scénario : Fatih Akin pour De l’autre côté
  • Interprétation féminine : Jeon Do-yeon pour Secret Sunshine
  • Interprétation masculine : Konstantin Lavronenko pour Le Bannissement

Jury : Stephen Frears (président), Marco Bellochio, Maggie Cheung, Toni Collette, Maria de Medeiros, Orhan Pamuk, Michel Piccoli, Sarah Polley, Abderrahmane Sissako

Continuer la lecture de « Palmomètre 2007 »

Palmomètre 2006

Chaque année, je regarde les films de la Sélection officielle cannoise de l’an passé. J’essaie aussi de regarder une sélection d’une année plus ancienne. Ça fait tout de même plus de 10 ans de festival cumulés et je me suis dit qu’il serait intéressant de vous partager mes classements et, qui sait, vous faire bookmarker quelques pépites oubliées !

Parés pour le palmomètre de l’édition 2006 ?

Palmarès officiel

  • Palme d’or : Le vent se lève de Ken Loach
  • Grand Prix : Flandres de Bruno Dumont
  • Prix du jury : Red Road d’Andrea Arnold
  • Prix de la mise en scène : Alejandro González Iñárritu pour Babel
  • Prix du scénario : Pedro Almodóvar pour Volver
  • Interprétation féminine : Penélope Cruz, Carmen Maura, Yohana Cobo, Lola Dueñas, Blanca Portillo et Chus Lampreave pour Volver
  • Interprétation masculine : Jamel Debbouze, Samy Naceri, Roschdy Zem, Sami Bouajila et Bernard Blancan pour Indigènes

Jury : Wong Kar-wai (président), Monica Bellucci, Helena Bonham Carter, Samuel L. Jackson, Patrice Leconte, Lucrecia Martel, Tim Roth, Elia Suleiman et Zhang Ziyi

Continuer la lecture de « Palmomètre 2006 »